Petite cité de caractère :
Centre d’échange à l’époque gallo-romaine, Quintin devient une ville seigneuriale au Moyen-Age.
C’est la fabrication  et le négoce des toiles qui apportera renommée et prospérité  durant deux siècles. Au début du XVIIIème siècle, la ville abritait près de 500 tisserands. La qualité des ses toiles, recherchée pour les chemises, les coiffes, les nappes d’autel et autres linges, était reconnue jusqu’en Espagne et Amérique Latine; les toiles de Quintin étaient alors dénommées les « Quintine ».
Le commerce de ces toiles était assuré par des armateurs nantais et malouins implantés à Seville et Cadix, ports commerçant avec les colonies espagnoles.
De nombreuses demeures conservent encore aujourd’hui une architecture qui n’est pas sans rappeler celle des Malouinières …
A visiter:
-Le château: son musée et ses jardins à la Française;
-Le jardin des Carmes: fontaines du XVIIIème siècle;
-La Basilique Nore-Dame de Délivrance abritant une relique de la ceinture de la Vierge, ramenée par le Seigneur de Quintin, Geoffroy Botrel, de la septième croisade en 1250.
-Le musée des Tisserands, rue des Douves.
Idées de promenades dans les environs :
-Le bois de la Perche: une rivière (le Gouët) et d’énormes blocs de granit, vous conduiront aux Chaos du Gouët.
-Le menhir de la Roche Longue, 4,70 m de haut, témoin d’un peuplement durant la Préhistoire;
-Le bois de Robien et les abords du Château.
-Le lac de Bosmeleac, en la commune du Bodéo.